Innovation ouverte en santé : de quoi parle-t-on ?

Comme le slogan de notre carte de vœux nous y invite, 2017 est sans doute l’année pour donner aux acteurs de l’écosystème régional, et en particulier aux entreprises, des outils et des méthodes pour développer de nouvelles façons d’innover en santé. Innover autrement en santé, en complémentarité avec les dispositifs existants, nous conduit rapidement à questionner le concept d’« innovation ouverte ». Ces modes d’innovation fondés sur le partage, la collaboration entre les parties-prenantes trouvent des formes de concrétisation différentes en fonction des milieux ou des champs d’activité. Chaque écosystème s’approprie le concept et développe à sa manière la pratique de l’innovation ouverte : du concours d’idées, jusqu’au partenariat entre grandes entreprises et start-up, l’utilisation des « briques » en open data, d’APIs ou encore la mobilisation de bêta-testeurs.

Le monde de la santé s’approprie progressivement le concept d'origine en plaçant les patients et les soignants comme la pierre angulaire du développement des nouvelles solutions. Des développements guidés, portés et soutenus par les patients ou les usagers de la santé sont bien les concepts d'origine des approches d’innovation ouverte en santé qui se cristallisent dans le concept de living lab. A la différence des approches centrées utilisateurs ou patients, ces nouvelles façons d’innover participatives engagent des échanges, des transactions, … précoces avec les parties-prenantes pour résoudre une question par l’innovation.

C’est très précisément dans cet esprit, soutenu par ces approches participatives, que nous avons eu l’honneur de présenter à la Ministre de la Santé, lors des Journées de l’Innovation en Santé de fin janvier 2017, l’application de télésuivi des patients atteints d’insuffisance rénale chronique, développée conjointement par Calydial et la société TMM Software, tous deux membres du cluster i-Care, avec le soutien de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes et de la FEHAP. Développer un nouvel outil est toujours stimulant surtout quand les patients et les soignants sont co-engagés dans la conception et les expérimentations. Mais « l’aventure » ne s’arrête pas là car l’évaluation de l’impact médico-économique de la solution est à présent engagée par les partenaires du projet (étude soutenue par le Ministère de la Santé).

Cet exemple montre bien que l’innovation ouverte n’est pas un vain mot et ne reste pas un concept. Mais elle se traduit concrètement pour concevoir des solutions innovantes, les expérimenter et les évaluer en essayant le long de ce processus exigeant de maintenir l’équilibre entre les parties-prenantes et plus particulièrement les patients, qui doivent rester les vrais bénéficiaires des avancées dans le domaine de la santé. 

Gérald Comtet